Archives de catégorie : Productivité, efficacité et autonomie

bbbbshgdfdssjhggfgdfhh

fffff
fffghde

Contrôler un Smartphone avec son fauteuil électrique !

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une aide technique qui m’a vraiment permis de gagner en autonomie, et que je voulais vous la partager si vous êtes dans la même situation que moi.

Il s’agit d’un moyen pour piloter entièrement un smartphone avec le joystick et un bouton de son fauteuil roulant électrique (Seules conditions : avoir un fauteuil roulant Permobil
avec un Contrôle d’environnement).

Pour commencer, il me semble à la fois utile et intéressant de vous dire la façon dont j’ai découvert cette aide technique.
C’était il y a plus d’un an et demi, sur le salon Handica à Lyon. Je cherchais depuis quelques temps un moyen de contrôler un téléphone portable (smartphone) en toute autonomie.
En effet, je trouvais vraiment peu pratique de devoir demander systématiquement de l’aide pour passer un appel, envoyer un SMS, consulter mes mails, etc.
Et là, par hasard, sur un stand de véhicules aménagés pour personnes handicapés, je croise un commercial de la société, tétraplégique, que je vois en train d’utiliser un samsung galaxy S3 avec le joystick de son fauteuil. Exactement ce que je cherchais, au moment même où je le cherchais, incroyable !
Très intéressé, je m’empresse d’aller lui demander comment le système fonctionne, en m’attendant à quelque chose de compliqué. En fait, c’est très simple : il faut un fauteuil roulant Permobil, avec un contrôle d’environnement, et un boitier infrarouge destiné d’ordinaire à l’utilisation d’un ordinateur.
J’ai mis en place le même système dans les semaines qui ont suivies et cela fonctionne parfaitement !
Depuis, ce système m’est utile tous les jours et m’a permis d’être beaucoup plus autonome et d’améliorer ma vie sociale.

Après cette rencontre, je me suis rendu compte qu’il existe beaucoup de solutions qui répondent à un véritable besoin d’autonomie, qui sont peu utilisées tout simplement parce que personne ne les connait. C’est de là qu’est parti l’idée de diffuser cette aide technique pour le téléphone auprès d’autres myopathes, qui se sont montrés très intéressés, et dont plusieurs l’utilisent désormais. Je l’ai diffusé de façon informelle par-ci par-là, et aujourd’hui sur ce blog, même si elle ne concerne que peu de personnes directement.
Je souhaite plus largement partager un maximum d’aides techniques par l’intermédiaire de ce blog, afin d’aider d’autres personnes à répondre à leurs besoins d’autonomie. L’idéal serait de créer à terme une communauté d’entraide où chacun pourrait apporter sa pierre à l’édifice.

Pour ceux que cela intéresse voilà donc le moyen de piloter complètement un smartphone dernière génération (comme le samsung galaxy S4 que j’utilise) depuis le joystick de son fauteuil roulant.
Pour cela, comme je le disais, il y a certaines conditions : avoir un fauteuil roulant permobil avec un controle d’environnement infrarouge.

Voilà comment ça marche : il faut disposer d’une Easy Mouse (pour piloter un ordinateur à l’origine, commercialisé par Permobil) reliée au téléphone via un cable adaptateur usb micro-usb. Ensuite le téléphone se pilote comme un ordinateur avec un curseur sur l’écran, et avec les fonctions clic gauche et clic droit.

vue-ensemble

Au niveau du fonctionnement, c’est assez simple. Lorsque l’on branche l’Easy Mouse sur le téléphone, un curseur de souris d’ordinateur apparait sur l’écran.
On déplace la souris sur l’écran avec le joystick. Le clic sur le bouton du fauteuil correspond à un appui simple sur l’écran (l’appui prolongé est aussi possible si l’on clique de façon prolongée). La fonction retour peut être commandée à partir d’un second bouton sur le fauteuil (non indispensable).
Pour les autres touches du téléphone qui se situent en dessous de l’écran, ou sur les côtés, les portables samsung galaxy S3, S4 et S5 disposent d’un fonction d’accessibilité qui permet d’éxécuter les fonctions des boutons directement sur l’écran d’un simple clic (fonctions menu, accueil, retour, volume du son, luminosité, paramètres, verouillage de l’écran, zoom + ou -, etc.).
Pour pouvoir utiliser de nouveau le téléphone quand l’écran est éteint, il faut changer les paramètres et supprimer le verrouillage de l’écran. Il suffit alors de se mettre dans le mode souris du contrôle d’environnement et l’écran s’allume !
Concrètement, voici le matériel dont vous avez besoin et où vous le procurez :

matos

1 – Un téléphone portable compatible avec la norme micro-usb OTG (les Samsung Galaxy S3, S4 et S5, le Motorola Moto G sont compatibles et fonctionnent, il y en a d’autres mais testez avant d’acheter pour être sûr que cela marche)

2 – une Easy Mouse de Permobil (disponible chez les revendeurs – 450 € environ – mais remboursable avec dépôt d’un dossier à la MDPH)

3 – un cable usb femelle d’un côté et micro-usb male de l’autre (pour brancher l’easy mouse sur le téléphone – prix 5€ environ – bien vérifier sa compatibilité avec le téléphone)
Pour les Samsung Galaxy S3 et S4 et le Motorola moto G :

Pour les Samsung Galaxy S5 :

Petit inconvénient, lorsque l’Easy Mouse est branchée sur le téléphone, cela a un impact sur l’autonomie de la batterie du téléphone. Ainsi, sur le samsung galaxy s4,
l’autonomie est de 20H en veille quand l’Easy Mouse est branchée (contre 60H sans branchement). Il faut donc le recharger tous les jours ou bien débrancher l’Easy Mouse
quand on ne s’en sert pas.
J’ai d’ailleurs trouvé une solution intéressante pour recharger le téléphone directement sur la batterie du fauteuil roulant Permobil, sur la prise où se branche le chargeur du fauteuil : ici
(à commander depuis les états-unis)

Pour la fixation du téléphone sur le fauteuil, il est possible d’acquérir un boitier étanche pour Samsung galaxy S4 conçu à l’origine pour tenir sur un guidon d’une moto. Existe aussi pour le Samsung galaxy S3. (disponible ici)

Ensuite, on fixe ce boitier sur un tube de même diamètre qu’un guidon de moto (une ancienne pompe à vélo convient bien), lui même fixé sous l’écran du contrôle d’environnement. Deux photos pour illustrer ce montage :

vue-rapprochee  vue-profil

Pour passer un appel sans avoir à sortir le téléphone du boitier, il est possible d’acheter une oreillette ou un casque bluetooth avec micro. J’utilise ce modèle de casque : ici.

Enfin, pour terminer, une petite vidéo où l’on voit le téléphone fonctionner avec ce système :

film-principe

Je vous le dis : depuis que j’ai ce système avec le galaxy S4, je peux enfin envoyer des sms et passer des appels sans rien demander à personne, écouter de la musique, aller sur le net, utiliser absolument toutes les appli disponibles sous Android ! Bref, c’est top ! D’autant plus aujourd’hui où si vous avez un smartphone, vous avez accès à tout un tas de choses.

Si vous voulez plus d’infos n’hésitez surtout pas à me demander des informations, c’est avec plaisir que je vous répondrai.

Contrôler son PC avec très peu de mobilité

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je voulais vous présentez une aide technique pour contrôler un ordinateur à destination des personnes qui ont très peu de mobilité au niveau des mains.

Un grand merci à Habib Dayah, atteint tout comme moi d’une myopathie de Duchenne, de nous partager cette aide technique utile ! Il se sert de cet outil pour piloter son ordinateur.

Il s’agit d’un pavé tactile qui fait office de souris. Il est sans fil et comporte une batterie rechargeable sur usb.

L’intérêt de ce dispositif est sa grande sensibilité, ce qui permet de l’utiliser avec des mouvements des doigts très limités (2 cm max), et sans efforts.

Pour cliquer, rien de plus simple. Il suffit d’appuyer au centre pour un clic gauche et en bas à droite pour un clic droit.

On peut aussi s’en servir pour taper du texte en utilisant un clavier à l’écran, cela fonctionne très bien.

Picture 1

L’interface logicielle est plutôt bien faite. On peut modifier de nombreux paramètres tels la sensibilité, la façon de cliquer, pour l’adapter à ses besoins.

Capture

En définitive, on peut en faire le bilan suivant :

Avantages :

  • grande sensibilité
  • possibilités de réglages

Inconvénients :

  • durée de la batterie
  • prix : 48€

Pour terminer, voici le lien vers le produit en question si cela vous intéresse :

Et un test plus complet sur le produit en question : ici

A bientôt !

Ma première vidéo : test du bras JACO !

Aujourd’hui, j’aimerai vous présenter une invention formidable, qui pourrait changer la vie de toutes les personnes dont les mouvements des bras sont très limités.

Il s’agit d’un bras robotisé qui effectue l’ensemble.des mouvements que l’on peut réaliser avec un bras « classique », si j’ose dire.

Autrement dit, la personne qui s’équipe de ce matériel gagne considérablement en autonomie.
Elle peut de nouveau réaliser toutes sortes de choses qu’elle ne pouvait plus faire seule. Et qu’elle n’aurait jamais imaginé pouvoir refaire un jour, sauf miracle de la médecine !

Les possibilités sont nombreuses. On peut de nouveau faire tout un tas de gestes de la vie quotidienne, sans l’aide d’une tierce personne. Des choses toutes simples comme saisir un objet, ouvrir une porte, boire un verre (en terrasse si possible^^).

J’ai eu la chance de tester moi-même ce bras robotisé lors d’un salon. C’était vraiment une expérience géniale que de redécouvrir l’autonomie perdue ! C’est presque comme si j’avais retrouvé l’usage d’un bras comme par magie !
Je vous ai concocté une petite vidéo de ce test, ma toute première vidéo ! Vous y découvrirez mes exploits en images.
Si vous êtes dans ma situation, il faut absolument vivre cette expérience. Vous vous en souviendrez, je vous le promets.

Là voici :


Vous pouvez non seulement l’essayer mais aussi l’acheter ! En effet cette technologie est d’hors et déjà disponible en France. Enfin, il y a petit détail que j’ai oublié de mentionner.

Son prix : 26 000€ TTC. Et il n’y a aucune aide sur ce produit. Comme toute nouvelle technologie, elle est coûteuse. Mais je suis convaincu que les coûts auront bien baissé dans quelques années.

Après ce petit test, j’en tire le bilan suivant : très positif, même cela ne remplace pas complètement l’usage d’un bras « humain ». Et comme on dit : « Pas de bras, pas de chocolat ». Mieux vaut avoir un bras robotisé que pas de bras du tout !

Avantages :

  • Autonomie procurée
  • Prise en main assez simple (même si cela nécessite un temps d’apprentissage)

Inconvénients :

  • Prix prohibitif
  • Lenteur (même si la vitesse augmente avec l’habitude)

Cette invention géniale laisse présager un bel avenir pour les technologies futures dans le domaine du handicap. Et c’est sans compter que la technologie avance de plus en plus vite ! Avec le développement actuel du contrôle par la pensée, en parallèle des exo squelettes, on peut s’attendre à des miracles dans les décennies à venir ! Un jour viendra où les personnes privées de leurs mouvements les retrouveront. C’est un rêve qui n’est peut-être pas si inaccessible. L’avenir le dira.

Pour ceux qui s’intéressent à la technique, voici comment cela fonctionne concrètement. La bras se pilote (dans mon cas) par l’intermédiaire d’un joystick et d’un seul bouton (ceux du fauteuil roulant). Un fois que l’on est entré dans le menu de contrôle du bras, il y a 4 modes : un pour déplacer la main dans le plan horizontal, un autre pour le plan vertical, un pour les mouvements du poignets et un dernier pour le contrôle des doigts. Pour basculer d’un mode à l’autre, il suffit d’une simple pression sur le bouton. Enfin, pour quitter le menu de contrôle du bras et revenir à la conduite du fauteuil, il faut maintenir le bouton appuyé pendant plus de 3 secondes. Dans la pratique, l’utilisation du bras est plutôt intuitive et on se familiarise assez rapidement avec ce système. En revanche, il fait appel à des algorithmes de calculs complexes pour synchroniser les mouvements des différents moteurs, et obtenir le déplacement escompté.

Pour la petite histoire, à l’origine, dans les années 80, un homme nommé Jacques Forest a créé son propre bras robotisé, le « manipulo », avec ses propres moyens. Atteint d’une dystrophie musculaire, il avait inventé ce système afin de gagner en autonomie. Sans le savoir, grâce à son ingéniosité et sa persévérance, il allait aider des milliers d’autres personnes bien des années plus tard ! Le bras a été surnommé JACO en sa mémoire.

Voilà ! Merci de me dire en commentaire ce que vous en pensez !

A bientôt !

Ma première interview : Esteban Verdiere, coach en Autonomie

Aujourd’hui, il s’agit de ma première interview. J’ai eu le plaisir d’échanger avec Esteban Verdiere, coach en autonomie, et dirigeant de la société Coach Autonomy. C’est un métier que j’ai découvert par hasard sur Internet, et je souhaite vous le faire connaitre. Je pense qu’il répond à un besoin et contribuera à améliorer la qualité de vie de bon nombre de personnes handicapées ou dépendantes.

Voici les questions que je lui ai posées afin d’en savoir plus et de mieux comprendre de quoi il s’agit.

Pour commencer : Qu’est-ce qu’un Coach en autonomie ? En quoi consiste concrètement votre travail ?
Esteban Verdiere : Un coach en autonomie a pour mission de trouver des moyens techniques, technologiques ou des services pour permettre aux personnes handicapées ou âgées d’acquérir de l’autonomie. Tout cela sans passer par le milieu médical. Il y a beaucoup de solutions. Nous intervenons directement auprès des personnes concernées, mais aussi par le biais d’association.
Généralement, le coaching s’effectue en 3 séances :
– 1ère : L’objectif est de faire connaissance avec la personne à domicile, s’imprégner de son milieu de vie, de sa vie sociale afin d’identifier ses besoins d’autonomie
– 2ème : Suite au diagnostic, nous proposons tous les moyens existants pour répondre aux besoins d’autonomie, et après avoir analysé les priorités, notamment en raison de la question financière, nous choisissons avec la personne des moyens à mettre en oeuvre suivant ses désirs en tant que client, et non comme patient
– 3ème : Le matériel est mis à disposition par un partenaire de Coach Autonomy suivant les choix de la personne accompagnée.
Le partenariat avec les entreprises qui fournissent les aides permet une remise de 10% à 25% sur le coût du matériel. Cette remise compense une bonne partie du coût de la prestation de Coach Autonomy, dans le cas du panier moyen. On est sur un montant moyen des aides de 400 €, avec 80€ de remise compensés par 120 € de prestation de coaching (40€ la séance), ce qui est assez bas par rapport au prix d’autres services. Le geste solidaire est donc partagé entre le partenaire et Coach Autonomy, et au final tout le monde est gagnant.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours ? Qu’est-ce qui vous a amené à créer Coach Autonomy ?
E.V. : Ce sont principalement deux expériences qui m’ont amené à me lancer dans cette activité.
Une expérience personnelle d’abord : j’ai eu un accident de la route il y a près de 10 ans, où j’ai perdu l’usage d’une main gauche. Moi-même confronté au handicap et à la perte d’autonomie, cela m’a permis de voir le système de l’intérieur, et de constater les lacunes dans l’accompagnement. J’ai mis plus de 6 ans à retrouver une autonomie complète, à découvrir tous les moyens existant pour compenser ce handicap. J’aurai aimé être mieux accompagné, qu’on me dise ce qui existait et par où commencer. C’est justement le but de Coach Autonomy.
Une expérience professionnelle aussi : j’ai travaillé dans le domaine de l’aide à domicile pendant plus de 5 ans, puis je me suis spécialisé dans la prise en charge du handicap et l’acquisition de l’autonomie. Continuer la lecture