Road Trip en Europe de l’Est (été 2020) : le moment le plus attendu !

Journée 9 : Journée Mercedes 

Ce jour-là j’avais hâte de me lever. C’était le moment du voyage que j’attendais le plus ! J’allais faire quelque chose que je n’avais jamais fait avant et sans doute établir un nouveau record personnel !

J’avais rendez-vous à 10H en gare centrale de Berlin. Nous avons pris la voiture pour gagner du temps mais au final nous avons mis du temps pour trouver une place…à près d’un kilomètre de la gare.

Une fois à la gare, direction le comptoir Sixt pour récupérer les clés de ma Mercedes Classe C Cabriolet le temps d’une journée ! Une voiture puissante que je souhaitais pousser au maximum de ses capacités sur l’Auto Bahn (autoroute Allemande) ! J’étais déjà tout excité à la simple vue des clés, et à l’idée de m’amuser un peu avec cet engin. Et je n’étais pas le seul : Aurélien était impatient de la conduire.

Une fois les formalités accomplies, nous avons été chercher la Mercedes dans le parking de la gare. Nous l’avons repéré tout de suite de par sa taille et parce que c’était la seule décapotable. Aurélien s’est empressé de la déverrouiller à distance. Les phares se sont allumés ce qui donnait encore plus de prestance à la voiture. Aurélien s’est installé au volant pour prendre le contrôle de la bête. Et surtout mettre l’ordinateur de bord en français !

Aurélien a démarré la voiture et pris la direction de la sortie pour se garer près de ma voiture. Je suis retourné à la VW avec Amandine pour mettre mon fauteuil électrique dans ma voiture. Un peu plus tard, on m’a enfin installé sur le siège avant de la Mercedes ! Il a fallu un peu de temps et d’ingéniosité pour m’installer et me caler pour que je puisse tenir.

Nous avons pris la route pour faire quelques kilomètres dans Berlin puis pris la direction de l’autoroute. J’ai trouvé que la voiture était vraiment confortable malgré la qualité moyenne de la route. Aurélien avait mis la voiture en mode décapotable, mais nous avons remis le toit car il faisait très chaud à basse vitesse ! Avec la clim c’était bien plus agréable.

Une fois sur le périphérique de Berlin, nous avons rouvert le toit pour profiter du courant d’air chaud. Avec le filet anti-remous à l’arrière, il n’y avait pas tant de vent que ça à 90 km/h. En revanche c’était plutôt bruyant avec les nombreux poids lourds ! Ce que j’appréciais aussi c’est la grande visibilité que j’avais sur la route comparée à la VW dans laquelle je ne vois pas grand-chose.   

Nous avons enfin rejoint l’autoroute en direction de la Pologne pour tenter d’établir un nouveau record de vitesse ! Jusqu’ici je n’avais jamais dépassé les 200 km/h sur route. Après quelques kilomètres à 120 km/h ou le vent était carrément fort, nous nous sommes arrêtés pour fermer le toit. Sur la voie d’accélération de l’autoroute, nous avons enfin pu tester les performances du bolide. Aurélien a accéléré pied au plancher : nous avons été propulsés à plus de 100 km/h en 6 secondes !

Les 211 Chevaux du moteur étaient bien là ! Moi qui est rarement l’occasion d’éprouver des sensations fortes, j’étais comblé ! J’attendais avec impatience la fin des limitations de vitesse…qui n’arrivait pas alors que l’on approchait de la frontière polonaise. Nous avons du faire demi-tour pour rejoindre une autre autoroute sans limites. Nous avons enfin atteint l’A10 en direction de Hambourg. Enfin le panneau tant attendu est apparu, il y avait peu de trafic : bref les conditions idéales. Aurélien a accéléré : nous avons atteint rapidement les 160 km/h puis les 180 km/h et encore quelques secondes après les 200 km/h. Les km/h au-dessus de 200km/h étaient nettement plus long à grapiller. Nous avons atteint les 210 km/h puis les 220 km/h puis 225 avant de devoir freiner à la vue du panneau annonçant de nouveau une limite de vitesse !

Nouveau record de vitesse !

Ce qui m’a marqué c’est que même à cette vitesse on n’a pas l’impression d’aller vite…sauf quand les véhicules qui nous précèdent ralentissent ! Dans ce cas il faut carrément freiner car on les rattrape très vite !

Après une courte pause sur une aire d’autoroute il était déjà temps de retourner sur Berlin. Nous avons pris de l’essence et Aurélien m’a déposé avec Amandine à côté de la VW. J’étais malgré tout très content de retourner dans mon fauteuil électrique, plus confortable !

Nous avons déjà dû rendre les clés : je rendais la voiture mais je gardais plein de souvenirs de cette journée hors du commun ! Nous avons enfin pu manger dans un fastfood à la gare, où ma sœur nous a rejoint.

Nous avons terminé la journée dans un « Bier Garten », une sorte de boîte de nuit extérieure très prisée des jeunes berlinois. Nous sommes allés à Brigit & Bier en bordure du Spree.

Brigit und Bier Berlin

Journée 10 : destination Francfort

Après deux journées intenses à Berlin, il était déjà temps de partir pour notre prochaine destination à l’autre bout de l’Allemagne. Nous nous sommes levés de bonne heure pour plier bagages et tout mettre dans la voiture une fois de plus ! Aurélien et Amandine commençaient à ressentir la fatigue du voyage et de leur travail. Avant de quitter la ville, nous sommes passés chez ma sœur pour que je puisse lui dire au revoir. Ses chats ont eu peur de mon fauteuil roulant, comme d’habitude ! Aurélien a pu prendre un café avant de reprendre la route en fin de matinée.

Nous avons entré dans le GPS notre destination : Francfort. Encore 550 km à parcourir avant d’atteindre la capitale économique de l’Europe ! Nous avons parcouru 300 km d’une traite avant de faire une pause pique-nique dans le centre de l’Allemagne. La seconde partie du voyage a été plus longue avec pas mal de travaux et même des embouteillages. Vers 19h nous avons enfin aperçu la très impressionnante Skyline de Francfort et ses nombreuses tours ! Une fois du plus nous sommes arrivés sous la pluie : un gros orage venait d’éclater. Nous avons tourné un moment avant de trouver une place qui ne soit pas trop loin de l’hôtel. Je commençais moi aussi à ressentir la fatigue du voyage, avec tous les kilomètres parcourus et mon envie d’en faire toujours plus !

Une fois de plus nous sommes arrivés très chargés à l’hôtel, nous avons constaté que la climatisation était en panne : il faisait plus de 30°C ! À peine les affaires installées, nous sommes ressortis pour manger mais aussi pour prendre l’air. Il faisait bien meilleur dehors après l’orage. Par contre comme à Munich l’autre soir, tout était fermé ! Nous avons marché en direction du quartier des tours et nous sommes tombés sur un Mc Do ouvert : nous étions sauvés ! La vue sur les tours était encore plus imposante de nuit avec l’éclairage : à l’image de la puissance financière de la ville.

Nous sommes rentrés à plus de 23h, pour une bonne nuit de sommeil, fenêtres grandes ouvertes. Il y a eu de l’orage une bonne partie de la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.