Gagner en autonomie avec l’emploi direct

De par mon handicap, je suis accompagné depuis plus de 18 ans par des auxiliaires de vie. De nombreuses personnes m’ont permis d’être autonome toutes ces années. C’est grâce à toutes ces personnes que je peux mener la vie à laquelle j’aspire, et je les en remercie. Pendant longtemps j’ai été accompagné par un service prestataire, qui organise les plannings et choisi les auxiliaires qui m’accompagnent. Pendant longtemps cette solution m’a bien convenu, car j’avais une bonne équipe et je n’avais des auxiliaires que la journée, étant logé chez mes parents. Depuis environ un an, j’ai commencé à embaucher mes propres auxiliaires de vie, en devenant leur employeur, d’abord pour les weekends, puis quelques nuits par semaine lorsque j’ai eu mon appartement. Et aujourd’hui j’ai une équipe de 6 auxiliaires qui m’accompagnent la majorité du temps. Cela m’a permis de gagner en autonomie et en liberté. Je suis très satisfait de ma nouvelle organisation. C’est l’objet de ce nouvel article. L’objectif est de vous partager mon expérience si vous souhaitez embaucher et employer les auxiliaires de votre choix, et gagner en autonomie

Pourquoi cet article ?

J’ai écrit ce texte afin d’aider les personnes en situation de handicap qui ont besoin d’auxiliaires de vie à être autonome et choisir de vivre comme elles l’entendent.

Afin de permettre à la personne aidée de choisir les personnes qui l’accompagnent et la manière dont elles organisent leur quotidien.

Pour qui ?

Cet article s’adresse aux personnes en situation de handicap qui ont besoin d’aide humaine pour assurer les gestes de la vie quotidienne, ainsi que leurs proches aidants.

Par qui ?

Je m’appelle Antoine Durand, 29 ans, je suis atteint de myopathie de Duchenne et dépendant pour tous les gestes de la vie quotidienne. Je vis dans mon propre appartement. Je suis accompagné 24h/24 par une équipe de 6 salariés qui se relaient et dont je suis l’employeur.

Les différentes façons d’être accompagné par des auxiliaires de vie :

Pour les adultes en situation de handicap, qui vivent à domicile, il existe deux solutions pour être accompagné par des auxiliaires de vie : les services prestataires et l’emploi direct. Les 2 présentent des avantages et des inconvénients, que je vais vous exposer dans cette partie, confortés par mon expérience personnelle.

Service prestataire

Il existe de nombreux services prestataires notamment dans les grandes villes, qui interviennent à domicile de personnes en situation de dépendance (personnes âgées et en situation de handicap). Ces structures, parfois associatives, emploient les auxiliaires de vie et organisent les plannings pour permettre le maintien à domicile des personnes accompagnées (également appelées bénéficiaires). La personne aidée communique ses besoins et le service prestataire effectue les démarches et organise le planning des intervenants. Le coût du service (rémunération des salariés et frais de gestion) est facturé tous les mois au bénéficiaire.

Avantages :

  • Simplicité pour la personne aidée : toutes les démarches administratives sont réalisées par le service prestataire
  • En cas d’absence des salariés (congés ou maladie), leur remplacement est assuré par le service prestataire     
  • Permet à de nombreuses personnes âgées ou handicapées de vivre à domicile
  • Les auxiliaires de vie sont formés par le service prestataire

Inconvénients :

  • La personne aidée ne choisit pas les personnes qui interviennent auprès d’elle, et il y a parfois beaucoup de turnover parmi les intervenants
  • La personne aidée doit s’adapter aux contraintes de la structure pour les horaires et la durée des interventions des auxiliaires (particulièrement contraignant pour les personnes qui sortent souvent et se déplacent régulièrement)  
  • Les personnes qui interviennent à domicile n’ont pas toujours les compétences souhaitées par la personne aidée (par exemple le permis de conduire ou savoir manipuler les appareils respiratoires)
  • Les services prestataires interviennent auprès de personnes au degré de dépendance très divers et ne sont pas toujours adaptés aux personnes ayant besoin d’aide humaine 24h/24

Emploi direct

L’autre solution consiste à recruter soi-même ses auxiliaires de vie et devenir leur employeur. Avec les responsabilités que cela implique. En emploi direct, il revient à la personne en situation de dépendance de trouver des candidats et de les embaucher, de rédiger les contrats de travail et fixer les salaires, de rémunérer et déclarer ses salariés, et d’organiser les plannings. Dans le respect des règles de la convention collective des particuliers employeurs et du code du travail. 

Avantages :

  • La personne aidée peut choisir les auxiliaires selon ses propres critères (compétences et personnalité) et ses besoins (personnes avec permis de conduire)
  • La personne aidée organise son planning d’auxiliaires comme elle le souhaite (par exemple avoir le même auxiliaire de vie du matin au soir ou tout le week-end)
  • Les intervenants sont moins nombreux et il y a moins de turnover (les auxiliaires ont moins de temps de trajet que lorsqu’ils travaillent en service prestataire)
  • L’emploi direct est plus adapté aux personnes qui ont besoin d’aide humaine 24h/24 (la convention collective des particuliers employeurs est plus souple concernant les horaires et la durée de travail)
  • La personne aidée s’organise et échange directement avec ses auxiliaires de vie sans intermédiaire (plus de souplesse et d’efficacité dans l’organisation de son aide humaine)

Inconvénients :

  • L’emploi direct nécessite de nombreuses démarches de la part de la personne handicapée, relatives à l’embauche et à l’emploi de salariés (mettre en place son équipe d’auxiliaires de vie nécessite des heures de travail et prend du temps)
  • En cas d’absence de ses salariés (congés ou maladie), la personne aidée doit elle-même les remplacer pour assurer la continuité de son aide humaine. Cela peut s’avérer difficile pour les absences imprévues et de dernière minute (d’autant plus pour les personnes en situation de dépendance vitale)
  • La personne aidée est employeur et doit en assumer les responsabilités, notamment gérer seul les éventuels désaccords et situation de conflits
  • Suivant la région et ses besoins, il n’est pas toujours facile de trouver des candidats (plus facile dans les grandes agglomérations)

J’ai eu l’occasion d’expérimenter les 2 types d’aide à domicile donc j’ai pu découvrir les avantages et limites de chacun d’entre eux. A titre personnel j’ai une préférence pour l’emploi direct. A mon sens c’est la solution qui offre le plus d’autonomie et de liberté à la personne aidée. Il n’est pas toujours facile d’avoir besoin de l’aide des autres 24h/24, c’est une contrainte importante, alors autant choisir ce qui permet de favoriser l’autonomie et de vivre selon ses propres choix. C’est pour moi un point très important, qui a tendance à être parfois un peu oublié par les services prestataires. Embaucher mes propres auxiliaires de vie m’a ouvert de nouvelles possibilités, une plus grande confiance en moi, et une réelle sensation de liberté (et ce en pleine période covid^^). J’ai pu choisir des personnes de confiance avec qui je m’entends bien, des personnes fiables et responsables. J’ai plus de liberté de déplacement car les auxiliaires qui interviennent le jour en semaine ont toutes le permis de conduire, ce qui me permet de me déplacer beaucoup plus facilement et quand je le souhaite. Je ne suis plus obligé de prendre les transports en commun notamment quand il fait froid et qu’il pleut. Surtout c’est la même personne qui m’accompagne toute la journée donc je peux quitter Lyon si je le souhaite et organiser ma journée comme je l’entends. Certes mettre en place cette nouvelle organisation et recruter de nouvelles personnes a été un réel travail et m’a pris un certain temps mais le résultat est à la hauteur de mes espérances.

Le service mandataire :

Un service mandataire est une structure qui accompagne et conseille les particuliers employeurs dans leurs démarches. C’est une solution intermédiaire entre le service prestataire et l’emploi direct. La personne aidée reste l’employeur de ses auxiliaires de vie mais elle est accompagnée aussi bien pour le recrutement, la rédaction des contrats de travail, l’organisation des plannings, le versement des salaires et des charges sociales, les déclarations URSSAF, la gestion des absences ainsi que des situations de conflit. Pour moi, faire appel à un service mandataire conserve les avantages de l’emploi direct et représente une réelle aide à la personne accompagnée dans son rôle d’employeur. Je n’y vois que des avantages. J’ai donc opté pour cette solution et je fais appel depuis début avril au service mandataire Mand’APF 01-69 qui intervient sur les départements de l’Ain et du Rhône.

Mon organisation actuelle :

Actuellement j’utilise à la fois l’emploi direct et je fais également appel à un service prestataire, ainsi qu’à mes parents en tant qu’aidants familiaux. Sur les 730 heures d’aide humaine mensuelles qui me sont accordées par la MDPH, c’est-à-dire 24h/24, les heures se répartissent comme suit :

  • 540 heures en emploi direct (service mandataire)
  • 100 heures en service prestataire
  • 90 heures en aidant familial

Je fais donc appel à mes salariés la majorité du temps, j’utilise un service prestataire une demi-journée par semaine ainsi que pour les périodes de congés de mes salariés, ainsi qu’à mes parents 3 nuits par semaine et un week-end par mois.

J’habite du dimanche soir au mercredi matin et je passe le reste du temps dans mon appartement, où les interventions des auxiliaires s’enchainent 24h/24.

Aujourd’hui j’ai une équipe de 6 salariés qui interviennent auprès de 6 mois sur des plages horaires de 12h en semaine (de jour ou de nuit), et de 33h le week-end (du samedi matin au dimanche soir). J’ai une salariée à temps plein et 5 salariés à temps partiel (des étudiants pour la plupart).

Voici à quoi ressemble le planning d’une semaine type pour vous donner une idée (j’utilise google agenda) :

Mon planning d’auxiliaires de vie

Pour la gestion des congés, j’ai 2 possibilités : soit je fais appel au service prestataire ou bien je demande à mes salariés de faire des heures supplémentaires s’ils sont disponibles). Pour les absences maladie, imprévues et souvent de dernière minute, je fais appel à mes autres salariés s’ils sont disponibles et à mes parents en dernier recours si je n’ai pas de solution. C’est je dirais le point difficile à gérer dans l’emploi direct.

La mise en place de ma nouvelle organisation :

La mise en place de ma nouvelle organisation a été progressive. Il y a un an (mai 2020), j’habitais encore chez mes parents et je faisais appel uniquement à un service prestataire pour les auxiliaires de vie. J’avais juste à communiquer les horaires où j’avais besoin d’un auxiliaire de vie. J’ai décidé de recruter une personne en emploi direct pour m’accompagner 2 weekends par mois. Je voulais avoir la même personne du samedi matin au dimanche soir, et l’emploi direct était le seul mode qui me le permettait.

J’ai rapidement trouvé une étudiante qui a commencé à travailler fin mai et dont j’ai été très satisfait rapidement. Cela m’a rassuré quant à ma capacité à trouver des personnes de confiance me permettant d’être autonome. Elle m’a permis de gagner en autonomie et en liberté les week-ends et c’était un bon début, qui m’a donné envie d’aller plus loin.

Le mois suivant j’ai commencé à chercher un logement à louer pour prendre mon indépendance. Et j’ai trouvé un appartement fin juillet et j’ai eu les clés mi-août. J’ai commencé à l’aménager petit à petit et j’ai pu commencer à y habiter début octobre, le week-end du moins. C’est à ce moment que j’ai lancé un second recrutement pour la nuit de vendredi à samedi. Cela me permettant de passer 3 jours de suite chez moi. J’ai rapidement trouvé une autre personne qui a commencé début novembre, qui m’a également donné satisfaction.

J’ai embauché une 3ème personne courant janvier, ce qui m’a permis de passer une puis 2 nuits supplémentaires par semaine. Je pouvais à présent être de mercredi à dimanche dans mon appartement et me familiariser encore plus à ma vie en autonomie. Tout se passait très bien ce qui m’a donné envie de poursuivre sur ma lancée. J’ai décidé de recruter une personne à plein temps sur 3 jours, pour remplacer les interventions du service prestataire certains jours.

Après un 1er recrutement en mars qui s’est révélé infructueux, j’ai élargi mes recherches afin d’avoir plus de candidats. J’ai embauché une autre personne avec qui tout se passe bien. Cette personne a le permis ce qui m’apporte beaucoup d’autonomie dans mes déplacements, et donc de nouvelles possibilités. J’ai eu beaucoup de candidats ce qui m’a permis de faire 2 embauches supplémentaires : une personne pour une nuit par semaine et un week-end par mois, et une pour une journée et demie par semaine. Je suis donc passé à une équipe de 6 salariés dont une majorité d’étudiants donc de contrats assez courts.

Au mois de mars, j’ai eu connaissance par mon réseau du service mandataire Mand’apf 0169, qui accompagne les particuliers employeurs dans leurs démarches administratives. J’ai tout de suite été séduit par ce type de service qui permet de garder la liberté de l’emploi direct tout en étant accompagné et aidé dans les nombreuses tâches de l’employeur. Ce service a un coût mais il peut être entièrement pris en charge par la MDPH. Je suis accompagné depuis un mois par cette structure : j’ai appris beaucoup de choses que j’ignorais jusqu’à présent et cela m’aide beaucoup dans mon rôle d’employeur.

Ce système fonctionne bien pour le moment et j’ai eu seulement quelques absences à gérer. Je dois aussi voir comment cela se passe sur la durée notamment pour trouver de nouvelles personnes pour remplacer les personnes qui s’en vont et la gestion des congés de mes salariés. Je suis plutôt serein face à cette perspective.

Quelques ressources pour terminer

De nombreuses ressources existent sur internet à ce sujet mais il n’est pas évident de les trouver. Voici donc une liste de ressources au sujet de l’aide humaine :

Conclusion

Recruter ses propres auxiliaires de vie, c’est plus de liberté mais aussi plus de responsabilités. L’un ne va pas sans l’autre. C’est selon moi la meilleure façon d’être autonomie de façon pleine et entière, suivant ses propres choix. Mettre en place mon équipe m’a demandé beaucoup d’implication mais le résultat est à la hauteur de mes attentes. Tout n’est pas parfait bien sûr il y a toujours quelques aléas à gérer. C’est avant tout plus de liberté donc plus de possibilités et un surcroit de confiance en moi ! J’ai pris mon indépendance il y près de 9 mois et j’ai construit petit à petit mon équipe et ma liberté. Je n’aurais pas pensé que cela impacterait ma vie de façon aussi positive ! Plus d’information sur ce projet dans cet article.

2 commentaires

  1. Bravo Antoine pour toute cette dynamique et énergie déployées pour tes recrutements, ainsi que pour la recherche de services prestataires pouvant t’épauler dans cette voie !
    On voit que la persévérance a du bon, et que ta prise de risque a été bénéfique pour ton plus d’autonomie et liberté !
    Et très intéressant de partager les adresses des différents services qui peuvent en effet être très utiles..
    Je te souhaite une bonne poursuite dans cette voie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.