Comment j’ai décidé de prendre mon indépendance et j’y suis parvenu

La décision 

Début mars 2020, j’ai dû affronter une période très difficile psychologiquement. Le confinement a mis un terme à tous mes projets et aspirations que j’avais alors.

En début d’année, je m’étais fixé comme objectif de devenir plus autonome vis-à-vis de mes parents, à avoir une vie sociale plus riche et trouver une petite amie. Des choses que j’avais un peu laissé de côté ces dernières années, en me focalisant plus sur ma vie professionnelle.

Tout avait pourtant si bien commencé. Depuis le début de l’année, je passais désormais un weekend complet avec un auxiliaire en plus de la semaine, je confiais plus de tâches à mes auxiliaires de vie, auparavant réalisées par mes parents. Je prévoyais en plus un grand voyage aux EtatsUnis début mai : je devais partir 2 semaines à Los Angeles avec mes auxiliaires !

Je me suis mis à voir beaucoup plus de personnes, des amis principalement. Je faisais désormais au moins une sortie par semaine, et quelques soirées à la maison le week-end lorsque mes parents étaient absents. Ce n’avait jamais été le cas jusqu’ici, même lorsque j’étais étudiant.

Et surtout, fin 2019, j’avais rencontré une fille dont je suis rapidement tombé amoureux. Notre relation avait beaucoup progressé début 2020, on se voyait souvent et je passais de super moments en sa compagnie. J’avais un grand espoir qu’elle devienne ma petite amie, d’autant plus que je n’avais jamais été en couple.

Le 12 mars 2020, tout s’est effondré.    

En début de matinée, j’ai appris la fermeture des frontières américaines jusqu’à nouvel ordre. J’ai donc dit adieu à mon voyage à Los Angeles tant attendu. Un peu plus tard, j’ai appris que j’allais devoir rester en télétravail, et ne plus voir mes collègues. Avec le confinement, afin de limiter au maximum mes contacts, je n’allais plus avoir d’auxiliaires de vie : j’allais donc rester à la maison avec mes parents, ne plus sortir et ne plus voir mes amis. Tous mes efforts pour plus d’autonomie réduits à néant. Et dans la soirée, le coup de grâce : la relation dans laquelle j’avais tant d’espoir a été stoppée net : j’ai appris qu’elle ne se mettrait pas en couple avec moi : une décision définitive, malgré ses sentiments pour moi.         

Une journée qui est entrée sans hésiter dans le top 5 des journées les plus pourries de mon existence, où l’on réalise que la vie n’est pas un long fleuve tranquille.

J’ai passé une première semaine de confinement très difficile, abasourdi par ce qui venait de m’arriver, et face à l’incertitude que traversait le pays à ce moment-là. Afin de ne pas trop cogiter et de ne pas me laisser abattre, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis lancé dans un nouveau projet.

C’était décidé : je prendrai mon indépendance dès que je le pourrais. Et c’est ce que j’ai fait.  

La recherche de l’appart et la signature du bail

Au mois d’avril, en plein confinement, j’ai commencé à réfléchir à l’appartement que je souhaitais.

Un grand T2 me semblait le plus adapté à ma situation, étant donné la taille de mon fauteuil roulant et le fait que je suis toujours accompagné d’un auxiliaire de vie. Il fallait bien entendu que le logement suffisamment récent pour être accessible, c’est-à-dire construit après 1990.    

La salle de bain devait aussi comporter une baignoire, bien plus pratique pour moi, et éventuellement les WC, pour pouvoir mettre mon fauteuil juste à côté.

Plan d’un T2

Je dois dire que le fait d’être ingénieur en bâtiment et de travailler dans l’immobilier m’a rendu service.

Au niveau de la localisation, j’aurai aimé habiter à proximité de mon travail, dans le 6ème arrondissement de Lyon. Mais face au peu de logements récents du secteur et vu les prix à la location ou à l’achat, j’ai dû me résoudre à élargir mon périmètre de recherche. Au final, je me suis rendu compte qu’il ne me fallait pas plus de 3540 minutes pour aller au travail depuis n’importe quel arrondissement de Lyon. J’ai donc élargi mes recherches à toute la ville de Lyon. Ce serait aussi l’occasion de découvrir un nouveau quartier.

 Au début aussi, j’envisageais d’acheter un logement, ce qui me semblait jouable financièrement. J’ai pris rendez-vous à la banque, rendez-vous téléphonique bien sûr, ce qui m’a donné une idée précise de mes possibilités.

J’ai donc commencé mes recherches d’appartements dans mon budget. J’ai alors pris conscience à quel point la demande en logement était forte, la plupart des logements se vendaient en 3 jours, voire moins ! Je me suis abonné au système d’alerte des principaux sites d’annonces, afin de recevoir les dernières offres et être très réactif. Début mai, j’ai pu alors faire mes premières visites, en appelant juste après la parution des annonces, dans des secteurs variés, dans des résidences plus ou moins récentes.

J’ai hésité à faire une offre sur un logement qui me semblait super à tout point de vue, dans une belle résidence très récente. Il avait une belle pièce de vie avec une cuisine équipée presque neuve. La salle de bain était spacieuse et avec WC. Et chose rare, j’étais en mesure d’accéder au balcon. Le seul inconvénient, vous l’aurez compris : le prix. Il était au maximum du maximum de mon budget, ce qui signifiait un crédit sur 25 ans avec une mensualité élevée. Ce n’était pas raisonnable. Je me suis donc ravisé et orienté vers la location, qui était plus adapté pour un 1er logement. Cela me permettrait aussi d’emménager plus rapidement.

Je me suis relancé dans mes recherches, en location cette fois. En juin, la demande de logement semblait un peu moins forte. Je m’étais inscrit sur une plateforme en ligne de mise en relation entre propriétaires de logement et personnes en recherche d’une location. J’ai été contacté par une propriétaire qui avait un appartement qui répondait à mes critères, et j’ai pu le visiter le lendemain. Il était bien mais avait cependant quelques inconvénients : je ne pouvais pas accéder à la cuisine et les WC étaient trop étroits pour les transferts. Une modification des cloisons était nécessaire et la propriétaire n’y était pas favorable. J’ai donc dû décliner son offre de location.

J’ai donc repris mes recherches, un peu déçu. Et un matin de juillet, j’ai reçu une alerte sur mon téléphone pour un appartement proposé par une agence. Et une agence que je connais bien puisqu’elle juste à côté de mon travail, et une amie y travaillait par le passé. Dès ouverture de l’agence à 9h, j’ai essayé de les appeler : après 8 tentatives, j’ai enfin eu quelqu’un ! Après vérification de ma situation professionnelle, on m’a donné le contact de la locataire pour que je prenne rendezvous pour une visite, que j’ai pu faire le soir même !

L’appartement était très bien situé, dans une rue calme du 7ème arrondissement de Lyon, dans un quartier dynamique et à la population jeune (Jean-Macé pour ceux qui connaissent). A 5 minutes d’une station de métro et de tramway. C’était un T2 d’une surface confortable, au 3ème étage d’une résidence récente. J’ai tout de suite été charmé par son séjour lumineux, avec sa double baievitrée en angle, et sa vue panoramique. Agrémenté d’une loggia orientée sud. Lorsque j’ai vu la salle de bain, vaste avec baignoire et WC, ainsi qu’un beau meuble vasque, je me suis dit : c’est cet appart qu’il me faut ! Sans compter la chambre spacieuse et le garage fermé en sous-sol.

A la fin de la visite, venant d’apprendre que j’étais la 5ème personne à le visiter, j’ai vite appelé l’agence pour leur signifier mon intérêt, juste avant la fermeture. On m’a envoyé par mail un dossier locataire à compléter. J’ai donc passé ma soirée à compléter le dossier et réunir les nombreuses pièces demandées. J’ai envoyé le tout vers 23H, sans oublier de mettre mon amie Martine dans la boucle, afin qu’elle appuie ma candidature. Le lendemain, sur le chemin du travail, je suis passé à l’agence, histoire d’en remettre une couche. De mon côté, j’estimais avoir fait tout mon possible pour l’avoir, et j’avais comme une bonne intuition. Même si je savais que plusieurs dossiers avaient été déposés. Le lendemain, en fin de journée, je reçois un coup de téléphone auquel je ne peux pas répondre pour le mais je reconnais le numéro de l’agence. On me laisse un message. Le suspense est à son comble. J’écoute le message : mon dossier a été retenu ! Victoire !!! J’ai même dû écouter plusieurs fois le message pour être sûr.                             

L’emménagement

Le lendemain, à la 1ère heure, je suis passé à l’agence pour prendre rendez-vous pour la remise des clés, qui aurait lieu le 17 août, à mon retour de vacances. J’ai donc signé un engagement à prendre à bail depuis l’Allemagne, et quelques jours plus tard, j’ai signé électroniquement mon bail depuis l’Autriche. Les choses commencaient à devenir sérieuses, et j’avais hâte de rentrer en France pour prendre possession des lieux !

Le lundi 17 matin, muni d’un chèque d’une belle somme et d’une attestation d’assurance habitation, j’ai récupéré les clés de mon nouveau chez moi : le sésame pour l’autonomie et l’indépendance ! Le début d’une nouvelle vie !

L’après-midi, j’ai rejoint avec hâte mon nouvel appartement, depuis le temps que j’attendais ça ! Je me rappellerai longtemps du moment où j’ai ouvert la porte et pris conscience que j’étais chez moi !

En arrivant j’ai mis en route l’électricité et ouvert le robinet pour avoir l’eau, et tester que tout fonctionne. J’ai ouvert l’ensemble des volets et j’ai pu constater à quel point ce logement est lumineux, son meilleur atout ! J’ai ensuite appelé Edf pour prendre mon abonnement puis j’ai passé le reste de mon après-midi à vérifier l’état des lieux. Le moins que l’on puisse dire c’est que le logement avait bien vécu !

Mais tout restait à faire. En dehors du meuble évier et du meuble vasque, l’appartement était vide. Il me restait 2 semaines de vacances pour faire les magasins et aménager ce bel appartement.

Ma mère étant décoratrice, elle m’a beaucoup aidé dans cette étape et je la remercie pour tout le temps qu’elle y a consacré. Dès le lendemain matin, j’ai été dans un magasin de meuble, Kare Design, situé juste en face de la Préfecture, que mère conseille à ses clients. J’ai acheté 4 chaises, une belle table ronde en chêne avec un pied central très pratique pour s’approcher avec mon fauteuil. Et j’ai craqué pour un magnifique canapé bleu en velours, qui fait aujourd’hui le bonheur de mes auxiliaires et autres personnes que je reçois. J’ai pu être livré assez rapidement sauf pour la table que j’ai reçu fin octobre.

Et l’après-midi, j’ai été chez Darty et j’ai acheté un frigo et une machine à laver, que j’ai pu faire livrer et installer seulement quelques jours après. Simple et efficace.

Puis j’ai été chez Conforama, pour acheter un lit, un matelas et tous les accessoires qui vont avec. J’ai volontairement pris un matelas épais afin que le lit soit suffisamment haut pour les transferts. Le lit comporte aussi 2 tiroirs coulissants, très pratique pour le rangement. J’ai également commandé une armoire, afin d’avoir plus de rangement. Mais j’ai été un peu déçu par les délais de livraison car je n’ai eu mon lit que fin septembre et l’armoire mi-octobre.     

Dans la semaine, j’ai été prendre mon abonnement internet chez Orange et j’ai pu installer la box rapidement. Tout a fonctionné tout de suite. J’ai également acheté plein de petites choses indispensables pour la maison, et la liste est longue ! Autre chose à forte valeur symbolique : j’ai été faire réaliser les plaques pour la porte palière et la boîte aux lettres ! Bref, une semaine très intense mais avec riche en résultats.

La semaine suivante, j’ai été un peu moins actif, mais j’ai fait pas mal de petits achats : le linge de maison pour le lit et le canapé convertible, le nécessaire pour les wc et la salle de bain, et ce qu’il faut pour faire le ménage. Et surtout j’ai eu 2 rendez-vous pour installer une cuisine équipée, que j’ai commandé début septembre.

Nous avons également entrepris quelques travaux avec mes parents afin de redonner une 2ème jeunesse à cet appartement et le rendre un peu plus adapté. Nous avons refait la tapisserie du salon et la peinture du coin cuisine : la pièce paraît comme neuve désormais ! Dans la salle de bain, nous avons tourné les wc de 90° afin qu’il y ait plus de place pour me transférer, et remplacé le système de la chasse d’eau.  

Courant septembre, j’ai enfin pu passer mes premières nuits sur place, dès réception de mon lit. Je passe désormais tous mes weekends là-bas. J’apprécie vraiment les moments que je passe dans mon appartement, je m’y sens bien. 

Conclusion

Je suis vraiment très heureux d’avoir franchi le pas, une étape importante. Ce fut un gros travail et j’y ai consacré beaucoup de temps mais la récompense est à la hauteur de mes efforts. Un nouveau challenge m’attend : recruter des auxiliaires de vie afin de pouvoir y vivre définitivement, former une nouvelle équipe qui me permettra de véritablement prendre mon envol.

7 commentaires

  1. Félicitations Antoine pour cette grande étape ! Et l’appart est vraiment magnifique ! A très bientôt François

  2. Bravo ! Très émouvant ton récit ! Quelle leçon de vie et de courage ! Je suis admirative.
    Avec tout mon respect. Je t’embrasse très fort. Patricia Blanchon

  3. Cher Antoine. Quel beau récit plein de courage de belle énergie de pudeur et de solidarité humaine.
    la vie toujours la belle vie.
    J’adore la déco. Un grand bonjour à tes parents et famille
    Passe de bons moments.
    Gros bisous
    Marie- Claude

  4. Bravo Antoine ! Je peux dire qu avec vous, les choses avancent vite ! Malgré le confinement et ses obstacles… Les auxiliaires vont se « régaler » et apprécier ce bel environnement en +de votre agréable compagnie.

  5. Bonjour Antoine, je paraphraserais le film de Châtillez la vie n’est pas un long fleuve tranquille et tu le sais bien. Bonne continuation dans tes aspirations de vie autonome.
    Éric

  6. Bravo à toi, Antoine !

    Petite question (c’est de l’humour, ne le prends surtout pas mal !) : ton site est sponsorié par ikéa, conforama, orange … ?!

    La déco est chouette, c’est aussi de la pub pour ta maman !

    Non, allez, ne m’en veux pas, c’est du second degré ! Je suis vraiment heureuse pour toi.

    Martine

  7. Formidable ! Votre obstination a réussi ! Le problème du logement en général est énorme, qui plus est quand il s agit de trouver un logement accessible à tous points de vue, dont la proximité avec le tram 100% accessible. Je vous souhaite le meilleur dans cet appartement, cher Antoine, et le goût d un maximum de liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.