Comment appeler un personne porteuse d’un handicap ? (Vidéo)

Aujourd’hui, je réponds à une question pertinente soulevée par une de mes lectrices. J’ai souhaité vous en faire part à travers cette courte vidéo :


J’attends maintenant vos réactions et avis sur la question, que vous soyez handicapés ou non.

A bientôt !

3 réflexions au sujet de « Comment appeler un personne porteuse d’un handicap ? (Vidéo) »

  1. peyroche

    Bonjour ,
    Tout à fait d’accord pour appeler une personne porteuse de handicap  » personne handicapée ». C’est simple et comme dit dans la vidéo, le handicap vient après la personne.
    Bravo pour cette première vidéo !
    Sur tes conseils,je viens d’acheter le livre « les 11 lois de la réussite », ce sera mon livre de chevet.
    J’ai lu un résumé d’un livre de la même lignée que ceux de Anthony Robbins. Il s’agit de « Bienvenue Douleur » de Pilar Sordo. Cette femme est psychologue et semble avoir un gros succès en Amérique du Sud d’où elle est originaire. Elle y parle de la gratitude.
    A bientôt
    LN

    Répondre
    1. Antoine-Durand Auteur de l’article

      Bonjour LN,
      Le livre « les 11 lois de la réussite » est un bon choix, il est à la fois concis et plein d’exemples très intéressants.
      Merci pour ce nom de livre, je vais me renseigner là-dessus.
      A bientôt.

      Répondre
  2. Antoine-Durand Auteur de l’article

    Bonjour à vous,
    Je voulais vous partager une réflexion intéressante à propos de cette vidéo, que j’ai reçue par mail :
    « Vos points de vue sont intéressants et l’analogie notamment sur les représentations de la mobilité. A mon sens, l’expression plus actuelle et « officielle » : « personne en situation de handicap » me paraît plutôt satisfaisante. En effet, cela relativise beaucoup les choses en mettant l’accent sur la situation inadaptée qui provoque, ou en tout cas, majore le handicap. A un certain degré, on ne peut plus forcément agir sur les séquelles mais encore sur l’environnement, les adaptations, les moyens de compensations,..et le choix de la situation (professionnelle notamment) qui rend patent ou non le handicap. Un pianiste professionnel virtuose qui ne se lèse qu’une petite phalange est bel et bien très lourdement handicapé pour assurer son concerto le soir ou alors le footballeur avec une très légère entorse sera incapable de jouer.. »
    Jean-Marc
    Formateur – L’adapt Evry

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *